Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2016

Bird Watch

J'habite à Delft, Pays-Bas, depuis octobre 2015. Et comme souvent aux Pays-Bas, la ville est parcourue par de nombreux canaux et autres plans d'eau. Et on y trouve beaucoup d'oiseaux d'eau. Et comme ce sont pas mal d'espèces que je n'avais pas l'habitude de voir en France, et que j'aime beaucoup les oiseaux, je me suis dit que j'allais les lister.
Je ne suis pas ornithologue, aussi je mets des liens vers des fiches plus détaillées sur l'excellent site oiseaux.net qui contient plein de fiches ainsi qu'un outil d'identification bien pratique !

De fait, j'ai pu voir et formellement identifier :
Des foulques macroules qui représentent une grosse proportion des oiseaux que je peux voir au quotidien ! des poules d'eau (à ne pas confondre avec les foulques)des canards colvertsdes cygnes tuberculés, toujours magnifiques même si assez caractériels : je me suis fait souffler dessus sans même avoir eu besoin de m'approcher.des grèbes hup…

Le DPS et ses règles absurdes

Du 16 au 21 octobre 2016 aura lieu le DPS, rassemblement de la division de planétologie de l'association astronomique américaine, à Pasadena en Californie. C'est un gros congrès de planétologie aux États-Unis. Son pendant européen existe : c'est le congrès européen de planétologie (EPSC). Les deux congrès ayant lieu sur deux continents, les Européens sont en général plus enclis à aller à l'EPSC qu'au DPS. La réciproque étant aussi vraie.
Pour permettre de faire se rencontrer les deux communautés, des congrès joints sont organisés tous les cinq ans, en alternance de continents. Et cette année, le congrès est commun, ce sera donc un DPS-EPSC.

Ma recherche en 300 secondes ?
Le hic du congrès commun, c'est qu'il brasse pas mal de gens. Ajouté à cela un style DPS qui est déjà plus dense, et on se retrouve avec dix minutes tout compris.
C'est à dire deux minutes pour changer d'orateur, trois minutes pour les questions et cinq minutes pour la présentation …