Accéder au contenu principal

Prélude à la conférence Venus 2016

Après La Thuile (2007, 2008), Aussois (2010) et Catane, Sicile (2013), la conférence internationale sur Vénus pose ses bagages à Oxford au Royaume-Uni. Du 4 au 8 avril prochain, on va pouvoir s'en mettre plein la panse avec les dernières nouvelles de la science vénusienne !

J'y serai et j'y présenterai mes travaux de thèse et je vais donc vous en parler un peu en amont. Je ne manquerai pas de faire un autre billet pour débriefer la conférence. Pour avoir toutes les informations en direct, je vous conseille de me suivre sur Twitter ou de suivre le mot clé #Venus2016.

Programme

Le programme de la conférence se déroule comme suit, selon une logique assez simple : partir de la surface et aller de plus en plus haut.
  • le lundi portera donc sur le corps solide : on y parlera de minéralogie, de géologie mais aussi de la structure interne de la planète. Je n'y connais pas grand chose quant à la géologie de Vénus (ou la cythérologie) car je me suis surtout intéressé à l'atmosphère. Mais comme les prochaines missions envoyées vers Vénus ont de bonnes chances d'être des missions plutôt géologiques,  je pense qu'il sera plus qu'utile pour moi de combler mes lacunes sur ce sujet. De plus, même si l'atmosphère est déjà importante dans l'étude du climat passé de Vénus, l'étude de sa surface est indispensable pour mieux comprendre comment notre petite cousine est devenue invivable… On discutera aussi du volcanisme vénusien, sujet brûlant s'il en est.
  • mardi portera sur sur les futures missions vénusiennes. On y traitera notamment de la proposition européenne EnVision (radar) pour M5, mais aussi des propositions américaines VERITAS (radar) et DAVINCI (pénétrateur atmosphérique). Ensuite, on parlera des observations des NUAGES ! Et c'est là que j'interviens, juste après une présentation très intéressante (j'y reviendrai). On terminera la journée par de la chimie atmosphérique.
  • mercredi, encore des nuages, mais côté modélisation. Puis on arrivera à ce qui sera sans doute le petit évènement de la semaine : les résultats d'Akatsuki ! Ensuite l'après-midi sera consacré à une rétrospective des résultats de Venus Express, instrument par instrument.
  • jeudi, on parlera de dynamique et de structure atmosphérique.
  • vendredi, c'est plasmas et magnétosphère.  Je plaide coupable, je prends l'avion le matin, donc je n'en verrai rien.

Akatsuki

Comme je l'ai dit plus haut, mercredi il sera question des premiers résultats de la mission Akatsuki. Ce vendredi 1er avril, la JAXA a publié un communiqué de presse, lié à une conférence de presse donnée la veille. Bon, c'était en japonais, donc j'ai rien compris mais les images qu'on a pu voir semblent indiquer que l'équipe a mené les tests des instruments et qu'ils semblent bien se comporter. Et on aura sans doute des nouvelles (en anglais cette fois-ci) de la mission. Les opérations scientifiques régulières ne commenceront qu'à la mi-avril, mais déjà la communauté vénusienne sera contente si elle peut voir que les instruments fonctionnent. N'oublions pas qu'Akatuski est une miraculée !

Futures missions

On suivra aussi avec intérêt les prochaines missions vénusiennes. Akatsuki comble le vide laissé par Venus Express et permet donc d'assurer la continuité dans l'observation de Vénus. Mais il faut penser à la suite et d'autre missions sont déjà proposées, dont plusieurs orientées vers la planète solide. La proposition européenne EnVision serait une sorte de super Magellan avec des mesures d'émissivité en plus. Notons que le LATMOS (dont mon directeur de thèse, Emmanuel Marcq) est impliqué dans le développement de VEM, un spectro-imageur inspiré de VIRTIS mais entièrement destiné à l'étude de l'émissivité de surface en tirant profit des quelques fenêtres spectrales où l'atmosphère de Vénus est transparente.
Côté américain, deux missions ont été sélectionnées pour la seconde phase d'étude. DAVINCI serait une sonde de descente atmosphérique destinée à mesurer les concentrations de gaz nobles mais aussi à prendre de meilleures images de son site d’atterrissage1.
Et VERITAS serait aussi une mission d'étude de la surface en mode Magellan++.

Image de la surface de Vénus par la sonde soviétique Venera 13 en 1982.

À suivre

Le programme et les résumés laissent voir quelques présentations bien sympathiques que je suivrai avec un intérêt tout particulier.

  • lundi, deux amis et collègues de l'observatoire royal de Belgique, Cédric Gillmann et Özgür Karatekin présenteront leurs travaux sur des modèles de structure interne de Vénus et sur sa rotation. Ces deux messieurs sont aussi liés à mes activités pour l'EGU (Özgür est le président de la division PS et Cédric est chargé avec moi des communications de la division ; lui pour Facebook et moi pour Twitter).
  • mardi, Noam Izenberg va parler des possibilités de missions de survol habité de Vénus, notamment en chemin ou au retour de Mars. Étant un grand défenseur de l'exploration habitée de Vénus, je ne manquerai pas de prendre des notes… On aura aussi une présentation de Bob Carlson sur les mesures de VIRTIS dans l'ultraviolet afin de caractériser le mystérieux absorbant UV. Il y a au moins deux candidats crédibles2 et tout ce qui peut permettre de les identifier pour de bon est du plus grand intérêt pour les atmosphériciens… Et mardi, c'est aussi le jour où je cause. Et c'est le soir des posters, avec plein de trucs intéressants sur les nuages.
  • mercredi, Anni Määttänen du LATMOS nous parlera du modèle microphysique pour Vénus qu'elle développe avec mon ancienne collègue de bureau, Sabrina Guilbon (laquelle a un poster).
  • jeudi, Jean-Loup Bertaux (qui a sa page Wikipédia, si si) nous parlera de suspectes corrélations entre les vitesses des vents sur Vénus et la topographie. Et Paolo Tanga rapportera lui des mesures de l'atmosphère de Vénus à l'aide du passage de Vénus devant le Soleil, sujet sur lequel j'ai en partie mené mon stage de M2.
Ce sera aussi pour moi l'occasion de revoir pas mal de collègues de la thèse, mais aussi d'autres jeunes chercheurs vénusiens que j'ai eu le plaisir de côtoyer durant la thèse. De fait, je ne garantis pas que tous mes tweets soient liés à la science. Vous voilà prévenus.

Voilà ainsi mes quelques plans pour cette conférence, et je tâcherai de vous informer au fur et à mesure. Je ferai aussi sans doute un Storify de la semaine. À lundi pour la Venus Conference 2016 !


1 : Désolé Veneras, mais vos images laissent beaucoup de place à l'imagination… 
2 : Le soufre sous diverses formes solide et le chlorure de fer (FeCl) sont les principaux suspects. Perso, je pense que c'est le soufre l'assassin.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Scienca vojaĝo en Danujo

Dum la monato de Junio 2017, mi estis en Danujo por viziti Kopenhagon.

La urbo estas tre agrabla (ĉefe por biciklistoj) kun varma etoso kaj belegaj lokoj : mi ege rekomendas ĝin. Atentu tamen ke la prezoj estas pli altaj ol tiuj en Francujo aŭ Nederlando.

Kvankam mi estis tie por turismo, mi restas sciencisto kaj mi ne povis rezisti viziti sciencajn lokojn en la urbo kaj objektojn en muzeojn. Ekzemple, kiam estas vizitebla observejo en la urbo kiun vi vizitas, mi provas iri.

En la centro de Kopenhago troviĝas malnova turo (la Ronda Turo) supre de kiu estas observejo kiu estas ankoraŭ uzata per neprofesiaj observantoj. Kelkaj metroj fore, mi hazarde trovis domon kie loĝis Ole Rømer.
Rømer (1644-1710) estis dana astronomo kiu estas fama por sia studado de la rapido de la lumo kaj ties mezuro.






Rømer ankaŭ laboris en la Pariza observejo kaj elpensis "planedilon" (maŝino por vidi kaj kalkuli la poziciojn de la planedoj ĉirkaŭ la Suno, oni kelkfoje diras ankaŭ planetario) kiu…

Venus Conference 2016, le débrief.

Ainsi donc la conférence internationale sur Vénus (dont j'ai parlé dans mon billet précédent) est finie !

Ce fut une conférence très intéressante d'un point de vue scientifique avec de nombreuses discussions utiles pour la suite. J'ai particulièrement apprécié les sessions consacrées à la géologie qui m'ont permis de me tenir un peu au courant de ce que se fait dans ce domaine et de mieux comprendre certaines choses.

Une des premières présentations a ainsi évoqué le volcanisme. L. Wilson expliquait ainsi que compte tenu des conditions vénusiennes, il était peu probable que le volcanisme y soit de type explosif, donc peu de chances de coulées pyroclastiques (on en trouve peu dans les cartes Magellan). Ceci n'est pas anodin lorsqu'il s'agit de chercher des preuves de volcanisme actuel !

Autre petit détail intéressant : Richard Ghail a montré des images bien connues des sondes Venera à la surface de Vénus. Mais ce que je ne savais pas, c'est que ces images…

Plotting a data set with two different units in Matplotlib

In my thesis, I handle polarimetric observations of Venus with Venus Express. Because of the north polar elliptical orbit of the spacecraft, when observing in nadir there is a link between the phase angle and the latitude of observation1. Though, this is not always easy to understand so I found the need to plot my polarimetric measurements as a function of phase angle, but also as a function of latitude. I was thinking of plotting the phase angle on the bottom x-axis, and the latitude on the top x-axis. Can we do that in Python/Matplotlib? 
Of course you can!
Matplotlib has brilliant functions called twinx and twiny that take an axis object and duplicate it keeping the same x or y axis that the original. Therefore only the x/y axis is editable as the other is ruled by the original axes.
This can be used to plot two independent curves with different y-axis, but also to plot one value with two units (e.g. Celsius degrees and Farenheit degrees). In the latter case, the relation is known…